Par lieu

Par tranche de prix

Par type de cuisine

Articles à venir

Rossini, Saint Herblain
Café Charbon, Saint Herblain
KFC, Saint Herblain
Naoki, Saint Herblain
La Pierre Bleue, Nozay
La Fantasia de Marrakech, Saint herblain
Au bout du quai, Saint Herblain
Bodegon Colonial, Saint Herblain
Bonheur de Nantes, Nantes
L'Origan café, Saint Herblain
Les Caudalies, Saint Herblain
Les pieds dans le plat, Nantes
Le 1, Nantes
Le Tantra, Nantes
Le Rivazza, Saint Herblain
L'imprévu, Orvault
Vélo noir, Noirmoutier
Sofie's, Saint Herblain
Planet Sushi
Fuxia, Saint Herblain
Le bonheur est dans la cuisine, Saint Herblain
Le Patio'nnément, Nantes
Zio Gino, Saint Herblain
Cook'In Box
Téo restaurant
L'étoile d'orient

Commentaires récents

Un Teppanyaki un peu cher

Le Tai Shogun est un restaurant japonais sur l’île de Nantes qui possède une partie kaïtenzushi ( à ne pas confondre avec kaïten qui  est une arme japonaise) et une partie teppanyaki.
Ce restaurant est renommé, donc prévoyez des réservations !

Pour les néophytes, ci-joint les définitions (source : wikipédia)

Le kaitenzushi (回転寿司, littéralement « sushi tournant ») est un type de restaurant de sushis, qui a la particularité de présenter ses sushis sur un tapis roulant, afin que les clients s’y servent directement. C’est en quelque sorte la version restauration rapide japonaise du restaurant de sushis.

Les clients peuvent commander les sushis de leur choix s’ils ne les trouvent pas sur le tapis, mais la plupart du temps ils se servent simplement sur le tapis roulant ; l’addition est ensuite calculée en fonction du nombre et du type des assiettes cumulées sur son plateau-repas.

Le teppanyaki (鉄板焼き, littéralement « grillé sur une plaque en fer ») est un type de cuisine japonaise où l’on utilise une plaque chauffante pour cuire les aliments.

Les ingrédients traditionnellement utilisés pour le teppanyaki sont le bœuf, les crevettes, les coquilles Saint-Jacques, le poulet, les œufs de poules et différents légumes. On utilise de l’huile de soja pour la cuisson.

 Nous y sommes allés le vendredi 24/02 au soir pour dîner dans la partie teppanyaki. J’y retournerai peut-être pour tester la partie kaïtenzushi.

L’accueil se veut du niveau d’un restaurant gastronomique : vestiaire, explication de la carte par la serveuse, etc.
Petit plus sympa dans la partie teppanyaki est la présence de crochets en dessous de la table afin d’accrocher nos sacs à main 😀

Le principe du teppanyaki tel que nous, occidentaux, le connaissons comporte une partie spectacle (ce qui n’est pas le cas au Japon paraîtrait-il). Vous pourrez le constater en vidéo avec le volcan d’oignons.

Au niveau de la carte, nous avions le choix entre 2 menus à 50€. Le menu Fuji à 35€ n’est valable que du mardi au jeudi. Il faut donc prévoir un budget un peu conséquent pour dîner en ces lieux !
La partie Kaïtenzushi n’est pas forcément moins cher car on tombe vite dans le piège de vouloir tout goûter et d’amasser les petites assiettes de couleur. D’après les autres convives présents sur la table de teppanyaki, il faut aussi prévoir au moins 30€/pers pour les sushis.

Ce soir-là, nous avons joué grand prince : 2 menus dégustation avec accord mets et vin (+15€/pers).

Amuse bouche : espuma de shitake (champignon japonais), soja et réduction au vinaigre balsamique et terryaki, puis tataki de boeuf à l’huile de sésame et graines de sésame. Un tataki est un mi-cuit. Ainsi, il existe aussi des tataki de poissons (saumon, thon le plus souvent proposé dans les chaînes de sushi). Une présentation simple et amuse-bouche efficace : cela nous ouvre l’appétit et les saveurs sont fines.

Entrées :

  • foie gras sur radis japonais, ses pommes et ses pousses de poireaux accompagné d’une réduction de sauce terryaki et de vinaigre balsamique
  • sashimis moriawase (tranches de poissons crus, sélection du chef selon arrivage du jour)

Le foie gras a été cuit en dernier lieu pour finir le dressage. Au niveau de la dégustation, nous avons eu le droit à un vin de prune – pas trop liquoreux, moelleux juste ce qu’il faut – et à un conseil : manger la bouchée de foie gras-radis puis la pomme avec une gorgée de vin de prune. Très bon conseil de dégustation : le foie gras fondant est mis en valeur par le croquant et la fraicheur du radis (malgré la cuisson) et la douceur de la pomme enrobée du vin de prune termine à merveille la bouchée.
En Nouvelle-Zélande, nous avions eu l’occasion de goûter à un vin de prune dans un kaïtenzushi et je n’en avais pas gardé un bon souvenir.

En ce qui concerne les sashimis, cela est plus classique, bien qu’il ne soit pas courant d’avoir de la saint jacques ou des oeufs de saumon.

 

Une soupe miso avant d’attaquer les plats. Le bouillon est léger et trouble comme il faut.

Plats :

  • gambas et ses légumes, accompagné d’un vin blanc
  • filet de boeuf flambé à l’armagnac et ses légumes, accompagné d’un bordeaux rouge

Les plats sont bien présentés dans l’ensemble et la cuisson sur la plaque et les épices choisis permettent de révéler les saveurs des aliments. Ce n’est pas non plus transcendant : de bons produits cuisinés à la plancha ne peut donner que de bons plats !

Pour le deuxième plat, j’ai oublié de prendre une photo 😐 Il s’agissait de boeuf flambé à l’armagnac coupé en dés à côté de légumes sautés.

 

Dessert au choix :

  • Trio de crèmes brûlées
  • Trio de desserts

Notre choix s’est porté sur un trio de desserts : crème brûlée, rocher congolais et son aile de chocolat et une salade de fruits

 

 Quelques petites vidéos pour constater ce que donne la partie « spectacle » du teppanyaki et voir comment se passe la cuisson des ingrédients 😉

Cuisson et dressage de l’entrée au foie gras

 Cuisson et dressage de l’entrée aux crevettes

Remarquez bien la disposition des crevettes en semi-couronne, queues en l’air lors de la cuisson

Le volcan d’oignons et brassage de légumes

Mise en feu du volcan à l’aide d’armagnac puis fumée amplifiée avec de l’huile de soja

 

Conclusion

Il faut avoir un portefeuille assez conséquent pour aller manger au Taï Shogun. Ils travaillent avec de très bons produits, cela se retrouve dans les saveurs du plat. Dommage que la sauce prenne parfois un peu le dessus :p

Au niveau du service, rien à redire : serveuse avenante et souriante. Niveau teppanyaki, cela manque un peu d’animation pour le côté spectacle :p

Pas accessible à toutes les bourses mais cela vaut le coup pour découvrir les saveurs qu’on peut obtenir d’une cuisson sur plancha professionnelle. Puis, c’est le seul restaurant de Nantes qui propose cela.
Pour les sushis, je ne peux pas me prononcer puisque je ne les ai pas goûtés. Cela me donne une occasion pour y retourner.

Pour finir, je dirai qu’on paie pour les bons produits, pour le service, pour l’emplacement et le « standing » du restaurant.

Coordonnées du resto :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *